Victoire Dogbe, Premier ministre : les gouvernements africains invités à passer à l’action.

0
92

Victoire Sidémého Tomegah-Dogbe est nommée Premier ministre du Togo. Suite à cette nomination hier 28 septembre 2020, des réseaux  d’organisations féminines  du Togo  en faveur  de  la paix et la sécurité invitent les gouvernements africains à emboiter les pas de Faure Gnassingbé.

« Les gouvernements africains ainsi  que  les  partenaires  de   l’Union  africaine  et  des  Communautés économiques régionales sont vivement invités à passer à l’action, en mettant en œuvre la résolution 1325 des Nations unies relative à la Femme et la Paix. L’Afrique a besoin d’une paix durable pour réussir son entrée dans le troisième  millénaire.    La  durabilité  de  la paix  repose  entre  autres  sur  son  caractère inclusif. Le temps est venu de comprendre que   les femmes font partie de la solution. Ensemble, homme et femme peuvent installer une  paix durable partout.»

La  durabilité  de  la paix en Afrique repose  sur  son  caractère inclusif. Ainsi,  des actions visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité doivent tenir  compte des impératifs de l’égalité des sexes et de chance. 

«  Les rapports de force qui empêchent les femmes et les jeunes de s’épanouir  existent à tous les niveaux et dans tous les domaines de la société. Ainsi malgré le mouvement généralisé de démocratisation et renforcement de la participation de tous aux efforts de développement en cours dans la plupart des pays, les femmes et les jeunes demeurent sous-représentés dans les instances politiques. »

En féminisant son cabinet, Faure Gnassingbé démontre sa reconnaissance  du rôle important des femmes dans la prévention et le règlement des conflits et dans la consolidation de la paix et son engagement à la promotion à l’égalité des sexes.

« Nous félicitons le chef de l’état togolais qui a nommé une femme  chef de gouvernement au Togo. Il a ainsi démontré que,  les  rôles et les responsabilités sont souvent influencés par une lecture des relations hommes femmes tendant à occulter ou à sous-estimer les fonctions productrices de la femme, que l’homme est perçu et valorisé pour son rôle productif, la femme est souvent  enfermée  dans  sa  fonction  reproductive, elle est réduite  à  son  statut  de  mère  et d’épouse,  et le risque devient réel de voiler sa place en société en tant qu’actrice politique et qu’il faut promouvoir davantage la femme» lit-on dans note.

Les réseaux  d’organisations féminines  du Togo  en faveur  de  la paix et la sécurité encouragent la Première Ministre Victoire Sidémého Tomegah-Dogbe à veiller à une composition équilibrée du prochain gouvernement avec au moins 35% de femmes et de 30% de jeunes.

Yolande Sokpoh