30 May 2024
#Actualité #Société

En Afrique, malgré la hausse du niveau d’études, les jeunes toujours au chômage

Selon les résultats d’une récente étude, 66% plus d’Africains de la génération actuelle ont atteint le niveau d’étude secondaire par rapport à leurs prédécesseurs. Et pourtant, les jeunes font toujours face au problème du chômage.

Les résultats de l’étude ont été dévoilés jeudi lors d’un webinaire portant sur le thème « Comprendre le point de vue des jeunes : Explorer les besoins et les aspirations ». Dirigé par des jeunes et organisé par Afrobarometer en partenariat avec la Fondation Mastercard, le webinaire a réuni des jeunes militants pour faire la lumière sur des questions critiques concernant les jeunes Africains, notamment le chômage, les opinions sur la démocratie et la participation politique.

Présentant les résultats des enquêtes Afrobarometer de 36 pays africains interrogés en 2021/2022, Shannon van Wyk-Khosa, gestionnaire du portefeuille numérique d’Afrobarometer, a révélé que si le chômage est en tête de liste des problèmes les plus importants auxquels les jeunes africains souhaitent que leur gouvernement s’attaque, les gouvernements sont régulièrement mal notés pour leurs efforts de création d’emplois. Sur les 36 pays, seuls deux ont des majorités qui approuvent la performance de leurs gouvernements en matière de création d’emplois – la Zambie (72%) et les Seychelles (60%). Des majorités dans d’autres pays disent que leurs gouvernements font un mauvais travail.

Pour Farida Bemba Nabourema, directrice exécutive de la Ligue Civile Togolaise, « Dans de nombreuses régions de ce continent, les jeunes sont livrés à eux-mêmes. Les conditions dans lesquelles ils vivent se détériorent de jour en jour. Il y a une insécurité croissante, des inégalités croissantes et une absence de services de base. L’incapacité totale de nos gouvernements à fournir des services de base a créé un environnement de mécontentement où les jeunes doivent subvenir à leurs besoins ».

Partageant des données sur la démocratie, Wyk-Khosa a déclaré que « par rapport aux citoyens âgés, les jeunes expriment un plus grand mécontentement à l’égard de la démocratie, se méfient de leurs dirigeants élus et sont plus ouverts à une intervention militaire en cas d’abus de pouvoir ».

Près de six Africains sur 10 de moins de 36 ans (56%) sont prêts à tolérer une intervention militaire si les dirigeants élus abusent du pouvoir – 10 points de pourcentage de plus que parmi les plus de 55 ans.

Malgré leurs divers défis, les jeunes affichent des taux d’engagement politique inférieurs à ceux de leurs aînés à travers une variété d’indicateurs, y compris voter aux élections nationales, assister à des réunions communautaires, se joindre à d’autres pour soulever des problèmes et contacter leurs dirigeants pour discuter de problèmes importants.

Ayobami Ojebode, directeur du renforcement des systèmes de recherche et de la mobilisation des connaissances à la Fondation Mastercard, a souligné l’engagement de la Fondation à autonomiser la jeunesse africaine grâce à des stratégies et des initiatives éclairées.

« Nous ne prétendons pas savoir quels sont les problèmes les plus importants des jeunes, ni ce qu’ils pensent des conditions économiques de leur pays ou d’eux-mêmes », a déclaré Ojebode dans son allocution de bienvenue. « C’est pourquoi nous avons ouvert des canaux qui nous permettent d’écouter simplement les jeunes. Dans chacun de nos pays d’intervention, nous avons des groupes consultatifs de jeunes qui travaillent avec nos équipes nationales ».

Il faut noter que ce webinaire s’inscrit dans le cadre du partenariat entre Afrobarometer et la Fondation Mastercard, qui vise à soutenir Afrobarometer dans la production et la diffusion à grande échelle de données sur les priorités et les aspirations de la jeunesse africaine.

En Afrique, malgré la hausse du niveau d’études, les jeunes toujours au chômage

Togo / Presse : Honoré ADONTUI, élu