15 April 2024
#Actualité #Politique

Décès de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro

Monseigneur Philippe Kpodzro, archevêque d’Atakpamé et de Lomé et une des figures de proue de l’opposition togolaise, est mort ce mardi 9 janvier 2024  en Suède.

Il avait été un acteur essentiel de la Conférence nationale souveraine au Togo au début des années 1990. 

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a passé 40 de ses 93 ans comme évêque.   Il a marqué la vie de l’église catholique au Togo. D’ailleurs l’annonce de son décès a été faite par la Fraternité des prêtres togolais, en présence de tous les prêtres diocésains en Assemblée générale, dans la cathédrale qu’il a construite à Atakpamé.  

« C’est lui qui m’a envoyé au séminaire. Je lui rends hommage pour ce qu’il m’a fait. C’est une consternation et aussi un coup de tonnerre.  C’est très douloureux. Nous sommes très affligés, surtout qu’il n’est pas au pays »,  a déclaré le Très révérend père Honoré Mélésoussou, vicaire général du diocèse d’Atakpamé et curé de cette cathédrale. 

Depuis sa retraite, en 2007, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a soutenu ouvertement l’opposition togolaise.  Et depuis les années 90, il était au cœur de la vie politique du Togo.  

« J’ai été porté à la tête du présidium le samedi, le samedi 13 juillet 1991 » , lançait  Mgr Philippe Fanoko Kpodzro à la tribune lors d’une séance de la Conférence nationale togolaise tenue du 8 juillet au 28 août 1991.  L’archevêque émérite de Lomé a présidé cette conférence des forces vives de la Nation togolaise qui a regroupé   1200 délégués.  

Après la Conférence nationale, il dirigera le Haut Conseil de la République.  Les membres de ce parlement de transition avec Mgr Kpodzro en tête seront séquestrés par des éléments de l’armée en octobre 1992. 

Il   est décédé en exile en Suède à l’âge de 93 ans.  Il ne verra pas l’alternance démocratique qu’il a tant souhaité pour le Togo.