30 May 2024
#Actualité #Société

Togo : Paré pour renforcer la lutte contre la traite des personnes

Chaque année, dans le monde, au moins 2 millions de personnes sont victimes de traite. Au Togo, d’après les données officielles, les statistiques se situent entre 30 à 45 par an. Elles ont connu un pic pendant la période de covid-19 pour atteindre 150. Le pays constitue un point de départ, de transit et de destination pour les femmes et surtout les enfants victimes de la traite à des fins de travail forcé et d’exploitation sexuelle commerciale.

Et pourtant, le fléau constitue une préoccupation du gouvernement qui prend des mesures pour l’endiguer. Ce mardi 14 février 2023, le bureau de la Commission nationale de lutte contre la traite des personnes au Togo (CNLTP) a été officiellement installé afin de rendre la lutte plus efficace. C’était en présence du ministre de l’action sociale, Adjovi Lolonyo APEDOH-ANAKOMA ; du ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Payadowa BOUKPESSI et du ministre chargé des droits de l’Homme, Christian TRIMUA. 

Le bureau est constitué de 13 membres issus des rangs des services sociaux de l’État, de la société civile, des organisations internationales et des partenaires au développement. Ils sont nommés par arrêté interministériel du 29 janvier 2022. Durant les 3 ans que durera sa mission, le bureau permettra de contribuer à la réduction du phénomène de la traite des personnes au Togo.

Pour le président de la Commission, Kardalé Kondoh, « Le ministre d’Etat chargé de l’administration territoriale nous a envoyé à notre mission qui est de coordonner toutes les actions en matière de lutte contre la traite des personnes au Togo, répondre véritablement aux besoins aussi bien au niveau national, africain et international ». 

Il faut noter que, d’après le rapport sur la traite des personnes (TIP Report-2021) qui classe les pays en fonction de leurs efforts perçus pour reconnaître et combattre la traite des êtres humains, le Togo est classé au niveau 2. En d’autres termes, le Togo est classé parmi les pays dont les gouvernements ne se conforment pas entièrement à toutes les normes minimales de TVPA, mais font des efforts importants pour se mettre en conformité avec ces normes.