20 April 2024
#Actualité #Economie

Togo : La Chambre du Commerce et d’Industrie repart sur de nouvelles bases !

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCI-Togo), a entamé une profonde refondation depuis janvier 2021. Un processus qui avait abouti le 17 mai 2022, au vote à l’Assemblée nationale, de la loi relative à la chambre de commerce et d’industrie.

Modification de personnalité juridique avec mutation de CCIT en CCI-Togo, relecture des textes en passant par la mise sur pied de nouvelles dispositions relatives à l’organisation et au fonctionnement etc. Il s’agit d’un grand ménage qui s’opère au sein de l’institution représentante du secteur privé togolais qui fait le pont avec le gouvernement. Un ensemble de réformes menées sous la houlette de la Délégation Spéciale Consulaire, mise en place pour les besoins de la cause et dirigée par Mme Nathalie Manzinèwè Bitho.

Et parlant de textes réglementaires, la CCI-Togo en a justement de nouveaux. Mercredi 11 janvier 2023, à Lomé, l’institution en a vulgarisé le contenu auprès des médias. On en retient que ces textes sont constitués d’une loi relative à l’organisation de la Chambre, deux décrets : Le premier portant organisation, attributions et fonctionnement de la structure de la Chambre et le second est relative à régime électoral de la Chambre ; ainsi que des arrêtés.

D’après les explications de la présidente de la délégation spéciale consulaire, la mise en branle de ces réformes fait suite à un diagnostic organisationnel relatif à la Chambre, à son manuel de procédure, à son règlement intérieur, à la charte de déontologie, etc. Un diagnostic qui a permis de relever des difficultés et des insuffisances, notamment au niveau de l’efficacité organisationnelle, de la représentativité au sein de la CCI et même du nombre d’adhérents au niveau des entreprises.

Il ressort des nouvelles dispositions, qu’un accent particulier est mis sur la représentativité de toutes les régions. D’après Nathalie Bitho, « L’innovation, c’est de ne pas oublier les régions (…) Vous avez vu que la chambre de commerce n’était qu’à Lomé. Désormais, nous allons avoir des représentations régionales, dans chaque région (…) Il fallait que la chambre de commerce rentre dans la politique de l’Etat, pour permettre au secteur privé de s’implanter un peu partout. »

Aussi, a-t-elle précisé « (…) Il faut que ce soient les entreprises installées, par exemple dans les Savanes, qui représentent les entreprises de cette région. Il s’agit d’œuvrer de manière que tout le monde se retrouve dans ce que la CCI est en train de mettre en place. Aussi, sur les 75 élus, on aura 27 qui nécessairement vont venir des régions et 48 au niveau national »

Après l’assainissement du cadre, la prochaine étape pour la délégation consulaire intérimaire, est la tenue des élections. Ce sont d’ailleurs ces élections consulaires qui ont été la pomme de discorde ayant conduit à la dissolution, en septembre 2020, des instances dirigeantes d’alors. D’après les modalités fixées par l’exécutif, l’organe électif sera composé de 9 membres, avec des démembrements dans chaque région économique du pays, ainsi que dans le Grand Lomé.

« Les textes ne sont qu’une étape (…) La suite, c’est que les membres élus siègent. Notre mission va prendre fin avec l’installation de cette nouvelle mandature », a expliqué Mme Bitho.