Saisir les opportunités de la Zone de libre-échange continentale africaine pour les femmes africaines

0
242

À l’approche de la Journée internationale de la femme, la FAO appelle à l’inclusion délibérée des femmes commerçantes dans la ZLECAF.

Article d’opinion par Abebe Haile-Gabriel

Sous-directeur général et représentant régional pour l’Afrique

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

Le 8 mars est marqué dans le monde entier comme la Journée internationale de la femme. Pour de nombreuses femmes en Afrique, y compris celles du secteur agroalimentaire, ce ne sera qu’un jour de plus où des barrières invisibles les empêcheront de réaliser leur véritable potentiel.

À l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, nous pensons que l’inclusion et l’équité sont essentielles pour parvenir à une transformation efficace, inclusive, résiliente et durable des systèmes agroalimentaires, et que cet objectif ne peut être atteint sans tenir compte du rôle central joué par les femmes dans le secteur, notamment dans les marchés agricoles, le commerce et le développement des chaînes de valeur.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est une opportunité majeure pour stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et élargir l’inclusion économique. Nous devons saisir cette opportunité pour l’égalité des sexes également.

Le marché de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Afrique connaît une expansion rapide, les marchés alimentaires étant estimés à USD 1 000 milliards d’ici à 2030, selon la Banque mondiale. Cela représente un immense potentiel pour l’Afrique de stimuler le commerce alimentaire et non alimentaire sur le continent et de renforcer la sécurité alimentaire et la résilience pour tous.

La ZLECAf a ouvert d’immenses nouvelles opportunités de marché et de commerce pour capitaliser sur ce potentiel. L’accord, signé par 54 États membres de l’Union africaine et couvrant un marché de 1,3 milliard de personnes, établit la plus grande zone de libre-échange mesurée par le nombre de pays participants.

L’accord crée un marché unique régional visant à renforcer le commerce intra-africain, à faciliter les investissements, à améliorer l’intégration économique continentale et à stimuler la compétitivité de ses pays membres tant sur le continent que sur le marché mondial. 

Toutefois, ce potentiel ne peut être réalisé sans donner aux femmes les moyens de participer pleinement à la ZLECAf.

Les femmes sont essentielles au développement agricole de l’Afrique

Les femmes ont joué et continuent de jouer un rôle crucial dans l’agriculture de la région. Elles contribuent de manière significative à la production, la transformation et la commercialisation des aliments, à la sécurité alimentaire et à la nutrition des ménages, à la gestion des ressources naturelles et à la conservation de la biodiversité face au changement climatique. En reconnaissance du rôle des femmes, le thème de la Journée internationale de la femme de cette année est axé sur l’importance de l’égalité des sexes pour la durabilité.  

En Afrique, les femmes sont présentes tout au long des chaînes de valeur agroalimentaires. Elles sont productrices, commerçantes et entrepreneurs agricoles et ont tout à gagner des nouvelles opportunités offertes par la ZLECAf.

Parmi les nombreux avantages que les femmes peuvent tirer du commerce dans le cadre de la ZLECAf, on peut citer : la progression dans la chaîne de valeur, la mise à profit des réseaux d’associations de femmes, la modernisation de leurs entreprises et l’accès à de nouveaux marchés et à de nouvelles opportunités d’investissement.

Le déploiement de la ZLECAf présente également des risques potentiels pour les femmes commerçantes, qu’il convient d’aborder. En créant de nouveaux marchés formels et réglementés, la ZLECAf entraînera un changement structurel dans la manière dont certaines activités économiques et entreprises sont menées en Afrique.

Actuellement, 85 pour cent de l’activité économique en Afrique est réalisée dans le secteur informel où les femmes représentent près de 90 % de la main-d’œuvre informelle. En outre, au moins 30 à 40 pour cent du commerce interrégional total de la région est composé d’échanges transfrontaliers informels, dont l’écrasante majorité, environ 60 à 70 pour cent, est le fait de femmes propriétaires de micro, petites et moyennes entreprises.

En raison de cette concentration de femmes dans le secteur informel, la formalisation des pratiques commerciales et la création de nouveaux marchés formels réglementés catalysés par la ZLECAF peuvent potentiellement entraver l’accès des femmes commerçantes aux nouvelles opportunités de marché, d’investissement et d’affaires que la zone de libre-échange promet.

En fait, les défis spécifiques auxquels sont confrontées les femmes et l’importance de les cibler explicitement pour les inclure ont été soulignés dans le Cadre de l’Union africaine pour la dynamisation du commerce intra-africain des produits et services agricoles, un guide destiné aux responsables politiques et aux décideurs, produit en collaboration avec la FAO. 

Le genre doit être pris en compte dans le déploiement de la ZLECAf

Alors que les femmes africaines sont surreprésentées dans le commerce transfrontalier, leurs besoins et défis spécifiques ne sont pas suffisamment pris en compte dans les cadres de politique commerciale nationaux et régionaux pertinents.

Il existe un risque que la neutralité de l’environnement politique actuel en matière de genre soit exacerbée par les nouveaux cadres commerciaux qui seront élaborés dans le cadre de la ZLECAf.

La sauvegarde visant à minimiser, voire à éviter, ce risque imminent consiste à prendre intentionnellement en compte les dimensions de genre dans la mise en œuvre de l’accord.

L’équipe de la FAO en Afrique chargée des questions de genre entreprend une série d’études, de collaborations et d’activités de terrain pour comprendre et partager pleinement la dimension de genre de l’environnement commercial régional africain et pour soutenir l’intégration de la dimension de genre dans le déploiement de la ZLECAf,

Un récent événement de deux jours organisé par la FAO en Afrique, en collaboration avec le Réseau des femmes africaines de l’agrobusiness (AWAN AFRIKA) et le Centre des Nations unies pour le commerce international, a permis d’explorer plus avant les différentes perspectives et actions nécessaires pour assurer un déploiement efficace de de la ZLECAf qui favorise l’égalité et l’équité pour tous les acteurs.

Tous s’accordent à dire qu’une action décisive est nécessaire à tous les niveaux : infranational, national et régional, et qu’elle requiert l’implication et la coopération de toutes les parties prenantes concernées, qu’il s’agisse de groupes de femmes, de ministères, d’organismes régionaux, du secteur privé ou de partenaires du développement.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme et chaque jour, la FAO défend l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour un avenir durable et meilleur. Nous sommes prêts à travailler avec tous les partenaires pour que cette ambition se concrétise dans le déploiement de la ZLECAf.

FIN

Nombre de mots: 1 080

Légende de la photo

Les femmes africaines sont surreprésentées dans le commerce transfrontalier, mais leurs besoins et défis spécifiques ne sont pas suffisamment pris en compte dans les cadres de politique commerciale nationaux et régionaux pertinents, affirme Abebe Haile-Gabriel, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique. ©FAO/Giulio Napolitano

Pull quote – Citation

« À l’occasion de la Journée internationale de la femme et chaque jour, la FAO défend l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour un avenir durable et meilleur. Nous sommes prêts à travailler avec tous les partenaires pour que cette ambition s’incarne dans le déploiement de l’AfCFTA. » – Abebe Haile-Gabriel, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique.

Note aux rédacteurs : La Journée internationale de la femme est célébrée dans le monde entier le 8 mars. Cette année, le hashtag est #IWD2022.