Areruya offre la 10e victoire africaine à la Tropicale

0
270

Le jeune Rwandais a dominé aujourd’hui les trois professionnels qui s’étaient échappés avec lui. Il fait coup double et prend le maillot jaune.

Joseph Areruya se souviendra certainement de ce 18 janvier 2018, de ce triomphe populaire qui a accompagné sa victoire dans les rues de Mitzic. Le Rwandais âgé seulement de 21 ans a non seulement remporté cette 4e étape mais il a aussi décroché le maillot jaune des épaules de l’Australien Brenton Jones. Cette étape, le plus longue de l’édition 2018 avec ses 182 kilomètres à travers la forêt équatoriale, était redoutée par tous les coureurs car chacun savait qu’elle pouvait être primordiale dans l’optique du classement final. Joseph Areruya l’avait bien compris quand il avait vu la première échappée s’en aller sans lui, il s’était tout de suite lancé à sa poursuite pour recoller au groupe des neuf fuyards après vingt kilomètres de course. On ne savait pas alors que le dernier rentré serait le premier arrivé à Mitzic près de 162 kilomètres plus loin. Le jeune Rwandais faisait preuve d’une grande lucidité ensuite en accrochant le bon wagon quand le Français Damien Gaudin (Direct Energie) l’un des favoris de l’épreuve attaquait en compagnie de l’Allemand Nikodemus Holler (Bike Aid) deuxième de l’édition 2017. Le Biélorusse Ilia Koshevoy (Wilier-Triestina) qui l’avait suivi pour former ce quatuor de tête à l’avant de la course, fut le seul qui allait réussir à répondre à l’attaque de Joseph Areruya à deux kilomètres de l’arrivé. On pensait que l’expérience du professionnel biélorusse aurait raison du jeune rwandais, mais celui-ci avait gardé suffisamment d’énergie pour remporter ce sprint à deux. Il est le deuxième Rwandais à remporter une étape sur la Tropicale Amissa Bongo après Bonaventure Uwizeyimana vainqueur en 2014 à Kango. Il est aussi le dixième africain à décrocher une étape sur l’épreuve gabonaise depuis 2006.

JOSEPH ARERUYA (Vainqueur de l’étape et nouveau maillot jaune) : «C’est la première fois depuis mes débuts que je courrai une étape aussi longue. C’était très éprouvant mais j’ai bien géré mes efforts. Je ne connaissais pas les trois autres coureurs de l’échappée, donc je me suis occupé seulement de ma course. Je n’ai rien calculé, je me sentais fort aujourd’hui.»

La Tropicale Amissa Bongo